•  

    Les flashs crépitaient !

    Les marquages numérotés autour de la scène de crime
    s'étendaient à mesure de indices qui étaient relevés par
    plusieurs personnes , toutes vêtues de blanc, de la tête aux pieds..

    On lui curait les ongles, on lui soutirait quelques
    morceaux de peau, du sang et que sais- je encore ?
    L'ex vivant ne pouvait s'en offusquer puisqu'il trempait là ,
    nu comme un ver, dans son superbe jacuzzi,
    encore bouillonnant, odorant et si relaxant
    qu'il en était devenu mortel.

    Je me demandais s'il avait senti la douleur ?
    S'il avait entendu le geste du tueur s'abattre sur sa tête ?
    Jamais je ne le saurais....
    Et puis je n'étais là que pour filmer,
    juste pour les besoins du scénario......

    J'entendis alors un "" Coupez ! On la garde ""
    Je rangeai ma caméra et m'éloignant, dans un gloussement
    ironique de rire ! Je jubilais !
    Bonne chance pour réveiller le faux mort !!
    Mon contrat était rempli, preuve à l'appui
    dans les journaux du soir...

     

    ......


    votre commentaire
  •  

    la Faucheuse

     

    Les blés était déjà hauts dans le champs, le moulin n'attendait plus que le fauchage,

     il fallait surveiller à ne pas rater la vernalisation car le printemps était bien en avance cette année. 

    Les grains sont beaux et joufflus et ils tendent avec malice leur corps au ciel......

     

    Justine est là, respirant cette sérénité, ce calme, juste la brise qui fait onduler les épis..... 

    Hier encore, elle était dans cette grande chambre, toute capitonnée, mais à présent, 

    elle était là et heureuse !Son grand sac à côté d'elle, rempli de papier à dessin, 

    d'un gros pot de terre, plein de sable gris......Justine avait cette beauté étrange, 

    parsemée de taches de rousseur et des yeux qui semblaient ne pas voir, fixes comme 

    ceux des poules ! le regard ailleurs de ceux qui ne comprennent pas. Son grain de peau 

    était blanc comme le sel, comme ceux des gens qui ne sortent pas beaucoup.........

     

    De loin, on aurait pu la voir, dans le champs de blé, déversé le contenu de son gros pot en terre ! 

    Le vent léger lui renvoyait sur le visage, qu'elle essuyait d'un revers de manche quand elle eut 

    tout versé ! Elle riait, fort ...Hurlait son bonheur au champs , au ciel, à la vie. 

    Elle jeta son sac loin derrière elle et courut encore, toute joyeuse, comme après une bonne farce ...

     

    Elle courut à travers les blés et se retrouva sur la route. On aurait dit 

    qu'elle sombrait dans la folie quand elle se laissa capturer par les hommes en blanc 

    qui la firent monter dans leur grande voiture blanche aussi ! Elle pensa alors ;

     

    "" Est - qu'ils savent que j'ai brûlé les os du directeur et 

    que j'en ai fais de l'engrais pour les blés ??? """

     

    Elle se mit à rire quand une autre pensée lui traversa l'esprit !

     ""Ils ne pourront jamais retrouver son corps car j'ai veillé à tout bien manger !! ""

     

    Ghyzou.


    votre commentaire
  •  

    Sa Faute.

     

    Elle est là, sur le pont, où deux fois par semaine, elle passe par ce chemin secret.

     

    Elle va le rejoindre, elle le doit, c'est son fardeau, son secret dans le silence

     

    de ses nuits, dans la lumière de ses jours....C'est son erreur, c'est sa faute..

     

    Elle paie le prix du silence, de son silence.....

     

    La lumière translucide sur le pont la transporte dans son monde de peur !

     

    Dans son monde où chaque heure peut être la dernière !

     

    Bientôt dix sept ans qu'elle passe sur ce pont, qu'elle prends le chemin

     

    qui la mène vers lui, vers sa douleur, vers son calvaire..

     

    Mais jamais elle n'abandonnera, jamais elle ne faiblira, elle doit payer ! !

     

    Même si sa souffrance lui pèse, la vieillie de plus en plus,

     

    même si le port de ce fardeau est terrible, elle ne peut renoncer !

     

    Elle, c'est la mère d'un tueur, elle, c'est celle qui n'as pas su voir !

     

    Elle, c'est celle qui a mis au monde cet assassin, elle qui va le

     

    voir deux fois par semaine dans sa prison, elle, dont personne ne sait

     

    qu'elle est la mère de cette homme qui a tué tant de jeunes filles..

     

    Elle qui a engendré ce garçon au cerveau dérangé, elle qui n'as pas vu

     

    la folie de son fils. Elle qui a tout quitté, mari, amis, famille, ville, pays, pour malgré 

     

    toute sa souffrance, malgré l'horreur, rendre visite à son tueur de fils.

     

    Elle , qui ne pourras jamais abandonner celui qu'elle a mis au monde !

     

    Ce chemin secret, sous la lumière translucide, c'est le prix à payer !

     

    Ghyzou

     


    votre commentaire
  • La captive

    La captive

     

    Aujourd'hui, elle devait fêter ses dix ans de Noces.

     Mais elle était comme un écheveau envahi de moisissures, déposé là par le temps, 

    vieillie.. Ce temps qui depuis longtemps l'avait transformée de vésanie en vésanie 

    plus délirante les unes que les autres au gré de fantaisies abjectes. 

    La graine, un jour avait poussé dans son cerveau, parmi la mousse d'une poignée 

    de souffrances aux errances de ses peurs.. 

    Sur la vitre, elle trace des accents circonflexes et des barres de pourquoi , 

    des dessins incroyables au talent des folies ancestrales, 

    punie par des sorts imaginaires, jetés par les sorcières d'antan 

    qui empoisonnaient l'eau des fontaines pour punir les femmes infidèles.

    Elle était le sacrifice offert à l'homme de ses noces, ce barbare qui, 

    depuis dix ans avait d'elle l'objet de sa perversité. A chaque anniversaire, 

    elle devait se soumettre à ses fantasmes les plus cruels et avilissants.. 

    Mais elle savait aussi que cet anniversaire-là serait le dernier. 

    Ce soir, à lui aussi, ce sera son dernier anniversaire !

     Ce soir , elle savait comment. 

    Il lui suffisait de ne pas trembler et de frapper au bon endroit. 

    Ce soir les noces ne seront plus , ce soir ce seront les noces de la délivrance .

     

    Ghyzou


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique